Page en cours de chargement

ARGUMENTAIRES
INFORMATIONS BANQUES INFORMATIONS GÉNÉRALES REFLEXIONS JURIDIQUES VULGARISATIONS

PROPOSITIONS
D'ACTION INSTITUTIONNELLES ÉTRANGER

Forum
Si le sujet vous intéresse, que vous pensez être globalement en phase avec notre combat, rejoignez notre forum.  http://forum.societal.org

Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
2876 Abonnés

Webmaster - Infos
Ecrire à AJH  Webmestre
Ajouter aux favoris  Favoris
Recommander ce site à un ami  Recommander
Version mobile   Version mobile

Visites depuis fév. 2007

 0 visiteurs

 6 visiteurs en ligne


Recherche





ÉTRANGER - Robertson + Bunzl > téléchargement

Téléchargement de la traduction française du livre de James Robertson et John Bunzl " La réforme monétaire – Bientôt une réalité ! "

La réforme monétaire - Bientôt une réalité ! (pdf: 490 ko) , version "doc", version "rtf".
Résumé (par James Robertson et John Bunzl)
1. Une perspective historique (par James Robertson
2. La réforme monétaire aujourd'hui (par James Robertson)
3. Le concept de la politique simultanée (par John Bunzl)
4. Un plan d'action pour la réforme monétaire (par James Robertson et John Bunzl)
Adoption de la politique simultanée
Bibliographie et autres sources d'information.


Introduction et contexte


A tort ou à raison, un nombre croissant de gens tout autour du monde voient le système monétaire comme une menace pour la démocratie et une cause majeure de l'inefficacité de l'économie, de la destructivité et de l'injustice dont ils font l'expérience sous forme actuelle de mondialisation, auxquelles une réforme monétaire fournira une réponse importante

La réforme monétaire concerne le fait de changer la façon dont les nouveaux fonds monétaires sont créés. Et la première chose à se rappeler est que quiconque crée de l'argent s'enrichit (à moins qu'il ne le gaspille).

Au niveau national la masse monétaire est maintenant en très grande partie créée par les banques commerciales (plus de 90% au Royaume-Uni). On leur permet de créer l'argent électronique hors trésorerie, pour le transférer sur les comptes bancaires de leurs clients - en tant que prêts générateurs de profit. Le reste de la masse monétaire est constituée par les billets de banque et les pièces de monnaie (argent en papier et en métal) créés par les agents de l'état et mis en circulation sans générer de dette - une source de revenu public.

Au niveau international, la devise internationale principale est maintenant le dollar US. On estime que les USA reçoivent plus de $­400 milliards par an d'autres pays, particulièrement des pays plus pauvres, pour l'usage qu'ils en font. Pour économiser notre temps, n'en disons pas plus au sujet de la réforme monétaire internationale. Mais notez que la proposition pour la réforme monétaire internationale énoncée dans "Réforme monétaire : Provoquez-la !" suit les mêmes principes généraux que la proposition pour la réforme monétaire nationale.

La proposition de réforme monétaire nationale


1. Les banques centrales devraient créer de l'argent non monétaire (c.-à-d. de l'argent sur compte en banque) hors trésorerie, comme le font maintenant les banques commerciales. À intervalles réguliers elles devraient en créer autant qu'elles décident qu'il est nécessaire pour augmenter la masse monétaire. Elles devraient transmettre ces montants à leurs gouvernements en tant que revenu public libre de dette. Les gouvernements devraient alors mettre l'argent en circulation en le dépensant à leur gré comme tout autre revenu.

2. Il devrait être illégal pour n'importe qui d'autre, y compris les banques commerciales, de créer des fonds hors trésorerie dénommés dans la monnaie nationale, tout comme il est déjà illégal de forger des pièces de monnaie ou faire de la contrefaçon de billets de banque.

3. Afin de réguler les augmentations de la masse monétaire, la banque centrale n'aura plus à manipuler les taux d'intérêt afin d'influencer le montant de nouveaux fonds créés par les banques de commerce.

4. Afin de prêter de l'argent, les banques commerciales devront emprunter ailleurs l'argent déjà existant. Elles deviendront des courtiers, reliant les prêteurs potentiels aux emprunteurs potentiels - comme beaucoup de personnes croient actuellement à tort qu'elles le sont.

5. Cette réforme s'ssimilera à ce qui est arrivé aux billets de banque au 19e siècle. Les billets, émis par les banques, ont été alors identifiés comme de l'argent véritable et pas simplement comme du papier. Quand cela a été accepté, la banque centrale en a assuré la production. De même maintenant, l'argent électronique est reconnu comme étant devenu de l'argent réel, prêt à être immédiatement dépensé - pas simplement quelque chose appelé "crédit". Il est temps de tranférer de le créer la responsabilité à la banque centrale.

6. Selon les meilleures évaluations disponibles ceci signifierait environ £45 milliards par an de nouveau revenu public, et la perte d'une subvention dissimulée de plus de £20 milliards actuellement accordée aux banques.

7. La réforme sera évolutionnaire, non révolutionnaire. Depuis la nationalisation en 1946, la Banque d'Angleterre a continué à évoluer comme étant une banque commerciale avec un rapport spécial avec le gouvernement, pour devenir une agence de l'état, en tant qu'autorité monétaire centrale. Dans le même temps, les banques commerciales sont devenues des entreprises légèrement moins monopolistiques et légèrement plus concurrentielles, avec peu de fonctions de service public, subventions et contrôles. Pour la Banque d'Angleterre et les banques commerciales, la réforme proposée est clairement la prochaine étape évolutionnaire.

8. La réforme monétaire ne propose pas deux choses :
a. Dépenses publiques : la réforme n'affectera pas le pouvoir du gouvernement élu de décider comment les nouveaux fonds, ou n'importe quel autre revenu public, seront dépensés. (Elle ne donnera à la Banque d'Angleterre aucun pouvoir à cet égard.)
b. Emprunter et prêter : elle ne limitera pas l'emprunt et le prêt de l'argent déjà existant.

Avantages de la réforme monétaire


1. Réductions de l'imposition et de la dette du gouvernement et augmentations des dépenses publiques, jusqu'à £45 milliards par an.

2. La valeur d'une ressource commune ­ la masse monétaire nationale - deviendra une source de revenu public plutôt que de bénéfice privé. Cela enlèvera une injustice économique et une déformation de l'efficacité économique.

3. Le retrait de la subvention déguisée actuelle aux banques aura comme conséquence un marché plus libre pour l'argent et les finances, et un secteur bancaire plus concurrentiel. Les énormes profits réalisés par les banques, publiés récemment, et les critiques récentes de Don Cruickshank sur les mesures politiques du gouvernement britannique sont très appropriées.

4. Une masse monétaire libre de dettes aidera à réduire les niveaux actuels de l'endettement public et privé. Ils sont en partie provoqués par le fait que presque tout l'argent que nous employons a été créé comme dette, qui doit être payée rétroactivement et sur laquelle un intérêt doit être payé.

5. L'économie deviendra plus stable. Les banques veulent prêter plus et leurs clients veulent emprunter plus aux pics du cycle économique ­ et de moins dans les creux. Ainsi, le fait de lier la création de nouveaux fonds à la promptitude des banques à prêter et des clients de banque à emprunter, amplifie automatiquement les hauts et les bas qui déstabilisent l'économie.

6. La banque centrale pourra mieux commander l'inflation. Elle essaye pour le moment de contrôler l'inflation indirectement, en relevant les taux d'intérêt (les coûts de crédits bancaires). Mais le relèvement de ces coûts aide réellement à causer l'inflation provoquer la banqueroute des entreprises et des individus.

7. La destruction environnementale sera réduite. Quand, comme actuellement, presque tout l'argent que nous employons était au départ une dette, les gens doivent produire et vendre plus de choses afin de rembourser le montant principal et l'intérêt de la dette, que si tout notre argent était au départ libre de dette.

Obstacles et objections à la réforme

Ce qui suit figure parmi les obstacles à la réforme monétaire nationale et les objections énoncées contre elle par les Ministres et Membres du Parlement. Il est documenté et, dans la plupart des cas, réfuté dans "Réforme monétaire : Provoquez-la !", où les noms de MPs et de ministres sont donnés.

1. Opposition puissante du secteur bancaires et des intérêts financiers, et associés - officiels, professionnels, universitaires, multinationales, politiques. La menace que juste la possibilité d'envisager une réforme monétaire endommage l'économie.

2. Ignorance et confusion du public au sujet de la façon dont de l'argent est maintenant créé.

3. Souhait que le public et les politiques restent dans l'ignorance.

4. Malentendu et fausse déclaration au sujet de ce qu'est réellement la proposition de réforme monétaire.

5. Crainte, véritable et fausse, que la réforme monétaire comportera davantage de centralisation du pouvoir de l'état.

6. Réaction réflexe de penser que la réforme monétaire sera inflationniste.

7. Réaction réflexe de penser que la réforme monétaire va surcharger l'investissement dans le secteur privé. C'est ignorer (a) qu'il n'y a aucune raison contraignante pour qu'elle le fasse, et (b) que l'initiative financière privée a été introduite précisément afin de canaliser le financement du secteur privé dans l'investissement de secteur public !

8. Priver les banques de leur subvention déguisée augmentera les coûts de services d'emprunt et de paiement, et obligera les banques à réduire leurs coûts, fermer des succursales et réduire les emplois (mais pourquoi les banques devraient-elles être plus subventionnées que d'autres industries ?).

9. Elle endommagera la compétitivité internationale des banques britanniques et donc de l'économie britannique dans son ensemble.

10. Aucun autre pays ne l'a sérieusement envisagée.

Pertinence de la Politique Simultanée


Logiquement, il devrait être possible de réfuter la plupart des objections. Bon nombre d'entre elles sont fausses. Mais, véritables ou fausses, les craintes de perdre la compétitivité internationale sont très répandues et fortes. Un mouvement des citoyens internationaux pour la réforme monétaire peut aider à les surmonter.

Le mouvement de la Politique Simultanée peut évidemment aider à donner l'élan nécessaire à un tel mouvement - étant entendu que SP ne signifie pas : "rien ne peut être fait pour favoriser la réforme monétaire jusqu'à ce que chaque pays accepte de la présenter simultanément".

Une note additionnelle au sujet de la puissance de l'état : rendre un organisme d'état responsable de contrôler la masse monétaire publique directement et d'une manière transparente, qu'il contrôle actuellement indirectement en manipulant les taux d'intérêt, ne donnera pas un nouveau pouvoir à l'état - cela clarifiera seulement une responsabilité d'ores et déjà existante.


Date de création : 21/09/2007 @ 17:31
Dernière modification : 21/09/2007 @ 17:53
Catégorie : ÉTRANGER
Page lue 3204 fois


Prévisualiser la page Prévisualiser la page     Imprimer la page Imprimer la page


^ Haut ^

  Site créé avec GuppY v4.5.18 © 2004-2005 - Licence Libre CeCILL

Document généré en 6.32 secondes